BEAUTYSPHERE > Les 5 choses que je ne maîtrise pas sur Instagram...

Hier, j'ai beaucoup aimé lire le billet dans lequel Cécile du blog Nail Art is Easy, nous explique comment, à force d'écumer les réseaux sociaux d'images, elle a fini par réaliser qu'elle vivait sur une autre planète. J'ai eu envie de copier, clairement, car je crois être également sur une planète différente.

Que les choses soient claires : toutes les planètes sont super cool, ensemble on forme une galaxie variée et pétillante. Simplement, plantée sur la mienne, je me sens parfois à des années lumières des choses de la tendance.

Cécile a écrit son billet pour faire marrer. Elle a réussi, elle m'a fait marrer. Mais elle m'a aussi fait réfléchir, et elle m'a motivée à poser enfin sur papier, au moins un peu, au moins maladroitement, des idées qui viennent me chatouiller de plus en plus souvent. J'adore Instagram, mais je me demande de plus en plus souvent si je suis bien faite pour lui, s'il est bien fait pour moi...

instagram, selfie, comment ça marche

Les 5 choses que je ne maîtrise pas sur Instagram...


1. Je ne vis pas dans un magazine 


Souvent, quand je regarde Instagram ou Pinterest, je réalise que l'intérieur (et je parle de la maison, pas des boyaux et des tripes, qu'on n'ose pas encore exposer sur les réseaux sociaux) des filles que je suis est digne de figurer dans un magazine : des coussins espacés au millimètre près sur le canapé, un plaid posé comme s'il n'avait jamais été déplié, des bougies que font des arabesques quand elles brûlent, une cuisine où il n'y a pas une éclaboussure et où rien ne traîne ni dans l'évier, ni dans l'égouttoir, une chambre où le lit est mieux fait que dans un Disney... 

Comme je refuse de penser qu'on puisse tout remettre au poil à chaque fois juste pour la photo, je réalise que vous vivez dans les pages d'une magazine de décoration pour la maison. J'ai tenté, une ou deux fois, de tout remettre au poil juste pour la photo, j'ai senti que je perdais le contrôle de ma vie, j'ai arrêté. Et je garde la vieille couette roulée en boule sur le canapé, parce que c'est beaucoup mieux pour regarder Walking Dead et se blottir. Je garde les parures de draps dépareillées, les coulures de cire et les traces de pinceau de vernis sur les meubles, les blousons sur les dossiers des chaises et les habits jetés sur le lit. Du coup, je fais 95% de mes photos sur le balcon.



2. Je ne veux pas "mourir gros"


Vous le savez si vous me suivez un peu sur les réseaux ou sur le blog, je n'ai jamais adhéré à cette mode de prendre en photo le contenu de son assiette qui, lui aussi, doit être digne des pages d'un magazine. Peut-être tout simplement parce que mes pâtes au fromage ressemblent toujours davantage à un gloubiboulga informe qu'à une oeuvre post-moderne. Pourtant j'ai appris à mettre de l'eau dans mon vin sur le sujet et à supporter, voire même à apprécier, ces clichés.

Mais le hashtag #mourirgros, je ne le comprends pas. Mourir. Gros. Pourquoi ? Pourquoi mourir ? On parle de ton steak frites, t'emballe pas, t'as 22 ans en plus ! Et pourquoi gros ? Tu fais un 38 bonnasse, alors quoi ? 



3. Je ne sais pas photographier des bouts de moi


La photo des ongles, je dis : fastoche. Le selfie, j'ai toujours l'air d'avoir l'élastique trop serré, mais ça passe encore. Entre duck face et tirage de tronche, j'ai choisi mon camp... Mais parfois je voudrais montrer une coiffure, un accessoire, prendre en photo mon buste, mes jambes, mes pieds. Faire un #fromwhereistand qui aurait l'air un peu wild et un peu underground. Bé non. Je n'y arrive pas : ça donne l'impression que j'ai validé un cliché raté sans le vouloir et ça ressemble à rien.



4. Je suis casanière


J'ai la chance d'appartenir à cette infime part de la population mondiale qui part régulièrement en vacances... Une fois, deux fois par an. Plus quelques virées à la plage. C'est énorme. Mais est-ce assez pour faire rêver Instagram ? Je vis dans une ville aux décors tellement extraordinaires que, la plupart du temps, trop occupée à les admirer, je ne pense absolument pas à les photographier...

Ce qui me fait rêver, ce que je trouve beau, c'est le jardin de mes parents, la nature, les vignes, les couleurs de l'automne, les fleurs du printemps, c'est ce qui se trouve juste à côté de moi, juste à côté de vous... Je suis heureuse sur ma très petite étendue de planète familière. J'adore voyager, découvrir d'autres petites étendues de planète, mais ce n'est pas assez fréquent pour passionner les foules... Et les foules ne se passionnent pas quand on leur montre le coin de la rue ou l'arbre d'en face. Heureusement qu'il reste le ciel : on l'a tous sous la main et il fascine toujours tout le monde.



5. Je suis un ovni


Clairement, dans mon cercle d'amis comme dans mon cercle plus professionnel, je passerais pour une tarée si je dégainais mon portable pour prendre en photo l'apéro, le plat au restau, la jolie fleur ou la scène de rue. Et dans ma famille, je ne suis même pas sûre qu'on ait déjà entendu parler d'Instagram :)





Instagram & moi : "c'est compliqué"


Ce que j'aime, dans la vie, c'est la simplicité. Et oui, c'est possible de dire ça tout en étant aliénée à la société de consommation. J'aime la banalité, la normalité, la modestie des choses et des personnes. Sur Instagram, la très grande majorité des photos postées est aux antipodes de la simplicité et de la banalité, puisque chacun, et je ne suis pas la dernière, essaie de mettre en scène sa vie en l'apprêtant, en l'agrémentant, pour en proposer aux autres une version, non pas faussée, mais sélectionnée. Pour partager un peu de beau, un peu de léger, un peu de positif.

Serait-il possible, serait-il intéressant pour les autres et pour moi, d'avoir un compte Instagram qui fidélise des abonnés (clairement, si c'est pour ne partager qu'avec ma mère, je lui envoie par mms...) si je ne montre que la banalité, la simplicité, sans filtre et sans apprêts ? Pourquoi choisir de montrer des morceaux de sa vie sublimés ? Pourquoi, à l'inverse, choisir de livrer des clichés bruts, non transformés ? Enfin, ou, non, ce n'est pas la fin, c'est le point de départ : pourquoi choisir de montrer des bouts de sa vie ? Poster sur Instagram apporte-t-il quelque chose à ma vie ou à celle de quelqu'un d'autre ?

Voilà, toujours autant de questions. Et cette sensation de ne pas être en accord avec moi-même quand je "pratique" Instagram, à grande échelle qui plus est, mais de ne pas non plus pouvoir m'en passer... Et de ne pas réussir à trouver de quelle façon harmoniser tout ça. Peut-être qu'un jour je serai capable de répondre "non" à la dernière question du paragraphe précédent, et de tout chambouler. A l'heure actuelle, je suis trop addicte, alors je supporte mes contradictions. C'est d'ailleurs peut-être là une utilité d'Instagram : me mettre face à mes contradictions, me forcer à les assumer...



15 commentaires:

  1. C'est toujours très stimulant intellectuellement d'être mise une fois de temps en temps face à ses contradictions! ^^ Enfin moi j'aime assez disons :D

    Pour Insta... j'aime bien garder des souvenirs en photos... sauf que j'oublie souvent mon appareil et... mon téléphone ne fait pas de très jolies photos. C'pas grave, tant pis! :D Mais Insta... ça va ça vient... je n'arrive pas à m'y coller chaque jours. Et à chaque fois que je sors mon portable pour prendre des photos et les mettre sur insta... putain le temps que ça rpend quoi! J'arrive pas à comprendre comment certaines arrivent à poster dix photos par jour avec un nombre d'Hashtag assez impressionnant et arrivent vraiment à apprécier le dit moment, juste pas possible quoi!

    RépondreSupprimer
  2. Hello!
    J'aime beaucoup lite tes articles mais je ne commente pas beaucoup! Mais ici c'était obligé, tu m'as fait beaucoup trop rire!! :D Et le pire (ou le meilleur?) c'es que ce que tu dis est vrai! Instagram c'est... un autre monde, pas le mien! Certes, on pourrait dire ça aussi d'autres réseaux sociaux (comme Facebook où tout est tout rose) mais sur Insta' c'est flagrant. Oû est le naturel? Et je crois bien que ce soit une des raisons pour laquelle je n'ai pas de compte Instagram (je ne me sens pas à la hauteur peut-être) et aussi parce que moi j'ai besoin de beaucoup écrire ou parler pour m'exprimer (tu l'auras compris en lisant mon commentaire d'ailleurs).
    Alors merci pour ce bel article plein de vérités et d'humour et bon dimanche! :-) bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir pris le temps de commenter aujourd'hui alors :)
      C'est vrai que "naturel" est "Instagram" ne vont pas ensemble. Ce qui n'est ni bien ni mal en soi. Après c'est à chacun de voir en fonction de ses aspirations et de ses envies : les miennes sont très floues en ce moment !

      Supprimer
  3. Je suis comme toi, toutes ces fills quasi parfaites avec leur baraque hyper parfaite, leur déco de fou de dieu ça me tue. Mon IG a moi est normal, banal, ça reflète ma vie sans qu'elle ait été embelli, ça plait certainement moins (et de toute manière, lorsque je ne participe pas à des concours, il est en privé).
    Moi je fais partie de ces personnes qui photographient leur bouffe à chaque fois j'avoue... mais parce que je vis une passion pour le miam, qu'il soit étoilé, gastro(nomique ou entérite XD) ou pas.
    Bref rien de passionnant mais vu que j'aime bien faire des photos de n'importe quoi hein!
    Je te rejoins dans ton article mais quand bien même je ne pourrais pas m'en passer.

    xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun doit trouver son équilibre, trouver comment mener sa barque sur IG... Certaines avec de jolies photos retouchées et réfléchies, d'autres avec du spontané... Et d'autres, comme moi, avec un mix qui se cherche...

      Supprimer
  4. Lilymady11/02/2014

    Ah, Instagram, et ses photos parfaites... je me demande à combien de fois certaines s'y reprennent, pour poster une dizaine de selfies par jour :D

    Je rejoins ton avis sur cette impression de ne pas venir du même monde... entre les filles qui achètent tous les jours plein de bougies/fringues/déco/make-up à s'en demander si elles ont pas un salaire de ministre, celles aux intérieurs nikel, celles qui voyagent tous les mois, celles qui postent tous leurs repas "healfy" (mon dieu que ça m'insupporte, moi j'aime le gras et le sucré !) d'ailleurs le "mourir gros" est peut être tout simplement là pour "contrer" les "healfy" mais dans ce cas oui, pourquoi "mourir" ? "Vivre gros", à la rigueur :)

    Tout ça pour dire qu'on a l'impression que sur certains comptes ce sont tout simplement des vies "inventées", comme s'il y avait une pièce "spéciale IG" toute proprette à montrer. Pourtant (et là je vais évoquer l'article de Nail art is Easy), j'adooooore Maisons du monde... mais ça n'empêche pas que je vis dans une maison pas rangée, et "réelle", pas une page de magasine. Et puis "trop de **insérer ici son magasin de déco préféré** tue la déco", "point trop n'en faut", tout ça tout ça. Bref, un jour faudra qu'une de ces instagrameuses "magiques" nous explique, doit y avoir un truc ! :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cécile, toujours la même du blog Nail Art is Easy, aime bien employer le tag #vivredodu et celui-ci me plaît bcp bcp plus :)

      Après le "truc" c'est tout simplement, je pense, l'envie de montrer du beau, du joli, d'offrir à l'oeil des followers des images soignées, des petits objets presque artistiques... ça se conçoit aussi, mais je regrette que ce soit aussi difficlement contournable !

      Supprimer
    2. Lilymady11/02/2014

      Vivre dodue est en effet beaucoup plus gai et drôle que "mourir gros" ! :)

      C'est sans doute ça, le coté je montre du beau, mais ça donne l'impression que ces instagrameuses vivent dans un monde "aseptisé" (je ne trouve pas trop mes mots pour le coup), alors que bon, si je poste une photo de mes fringues on verra toujours une touffe de poils de chat dessus, vive les angoras, ou pour en revenir à la nourriture, on a l'impression qu'elles ne font jamais le moindre écart à leurs "5 fruits et légumes par jour". Ca gagne sans doute en beauté toutes ces photos, mais ça perd en vie, in my humble opinion.

      Supprimer
  5. Bon et bien je suis totalement d'accord avec toi ! Ma relation avec Instagram ressemble à la tienne :) C'est un peu du "je t'aime moi non plus" ! Je trouve que le concept est sympa mais quad je vois certains clichés, je me dis que je suis à 15 000 km de là xD Enfin bref ! Ton article m'a beaucoup plu ! :)

    Des bisous !
    Elodie

    RépondreSupprimer
  6. Je suis heureuse de voir que je ne suis pas la seule à avoir un plaid roulé en boule sur mon canapé, de la vaisselle dans mon évier et des affaires posées sur les chaises. Contente aussi de voir que je ne suis pas la seule qui ne sait pas prendre un bout de soi en photo.
    Je me pose souvent les même questions que toi, mais je n'ai toujours pas trouvé de réponses. Peut être que je ne me les pose pas suffisamment parce que je sais que j'aime bien trop Instagram pour quitter mon compte...
    Merci pour cet article.
    A bientôt et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  7. Coucou
    Tu me fais plaisir car à regarder les photos d'intérieur toujours nickel j'ai l'impression d'être une bordélique sans nom !! Alors que je fais le ménage faut pas croire mais chez moi c'est vivant et non figé comme les photos des magazines :)))

    RépondreSupprimer
  8. J'crois qu'on est toutes un peu comme ça sur Instagram : on trouves ça tellement irréel et pourtant, on ne décroche pas. Bah du coup, je m'abonnes à ton Insta' ma belle ^^

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir! Merci pour ton article que je me suis délectée de lire !!! Tu m'as bien faite rire et je partage totalement ton point de vue (les filles qui vivent dans des magazines entre autres…).
    Bonne soirée :)

    RépondreSupprimer
  10. Concernant les photos de magazines de déco, je suis d'accord. J'aimais bien en voir quelques unes et du coup je m'étais abonnée à certains comptes mais tout le temps en fait c'est fatiguant. N'empêche que ça m'a inspiré pour créer le dressing (si petit soit-il) de mon futur appart.

    En revanche concernant la nourriture. Je le fais moi même parce que finalement c'est une motivation comme une autre dans la finalité que l'on poursuit. Après je conçois qu'il y a en beaucoup beaucoup. Je ne pensais pas avant de me lancer et de vraiment tomber sur de tels instagram. Mais certains sont inspirants et donnent vraiment des bonnes idées de repas. Y'a des recettes divines des fois :) :)

    Je préfère de loin instagram à facebook parce que j'adore prendre des photos et partager ma vie de cette façon. Après certaines personnes ne trouvent pas de limites dans leur racontage de vie et publie vraiment tout.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez, en cochant la case "M'informer" recevoir par mail ma réponse à votre commentaire.